Hommage à Matthieu Giroud

20151105_122329

In Memoriam – Matthieu Giroud (1977-2015)

Matthieu était un véritable « géographe rock », qui vivait, créait et transmettait sa discipline avec une haute intensité. Passionné par les grandes théories de la géographie critique anglophone qu’il avait grandement contribué à diffuser en France, il n’en restait pas moins convaincu de la nécessité d’une recherche empirique fine, axée sur une démarche méthodologique rigoureuse couplée à un investissement approfondi des terrains. Il était impliqué dans de nombreuses démarches au sein du milieu académique tout en prolongeant son engagement dans d’autres collectifs. Ses doutes et sa modestie le conduisaient à refuser d’apparaître comme un meneur, ce qu’il était pourtant, indéniablement. Il combinait en effet à une œuvre déjà brillante des qualités rares d’écoute, de bienveillance et de rigueur, et abordait ses enseignements comme ses travaux de recherche avec humilité et intégrité. Il était sans aucun doute une étoile montante de la géographie, mais également, plus largement,  de la recherche urbaine, tant sa curiosité intellectuelle, sa capacité à prendre des risques et ses qualités humaines hors du commun frappaient les esprits et lui permettaient de franchir aisément les frontières entre les disciplines et, au-delà, entre le monde académique et la société civile. Même s’il s’en défendait, Matthieu était donc également un précieux trait d’union : au-delà de la seule géographie, il jouait un rôle essentiel dans l’évolution des sciences sociales vers une meilleure prise en compte des injustices socio-spatiales et du rôle des politiques urbaines dans l’aggravation de celles-ci. Il n’en restait pas moins très soucieux de « se rendre utile » en touchant des publics plus larges, ce qui le conduisait à collaborer étroitement avec une maison d’édition indépendante – Les prairies ordinaires – et à accepter les nombreuses invitations d’engager le débat dans les universités et les librairies dans le cadre de ses travaux.  Il était, en un mot, un humaniste.

Plusieurs d’entre nous avaient déjà eu la chance de travailler avec Matthieu dans le cadre de projets en cours ou achevés. C’est donc tout naturellement que nous lui avions demandé  de figurer dans l’équipe Altergrowth. Il n’était pourtant pas spécialiste du thème, mais ses qualités humaines et intellectuelles ainsi que son goût pour l’identification et l’analyse critique des « alternatives » de développement nous avaient spontanément conduits à lui demander de figurer dans cette équipe constituée majoritairement de jeunes chercheurs. Matthieu y occupait déjà un rôle important. Toujours enthousiaste, il savait lors des réunions d’équipe pointer les faiblesses méthodologiques ou pousser pour que soit accordée une place plus importante aux mouvements urbains et aux habitants. Dans le cadre du projet, il s’apprêtait justement à analyser leur rôle dans la définition des politiques de «  décroissance planifiée » et à participer à la réalisation de deux études de cas : l’une dans une ville nord-américaine et l’autre à Grande-Synthe, dans la banlieue de Dunkerque. Une dizaine de jours avant son décès, il avait ainsi participé à la restitution de l’enquête exploratoire et animé une session du colloque « Quand la ville décroît : stratégies et politiques urbaines de gestion du déclin » portant sur les analyses critiques des politiques de « smart shrinkage » aux Etats-Unis.

S’engager dans un projet avec Matthieu constituait à la fois un gage de résultats scientifiques à terme et une source infinie de joie au quotidien. C’était une chance extraordinaire, et son décès prématuré au Bataclan lors de cette funeste soirée du 13 novembre laisse par conséquent un vide immense.

Nous nous associons pleinement à la douleur de sa famille ainsi que de ses nombreux collègues et amis.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *