Varieties of right-sizing strategies

Un article sur les coalitions de décroissance dans les villes en déclin françaises, pré-publié dans la revue Urban Geography (Special Issue: The Political Economy of Right-Sizing / Editors: Manuel Aalbers et Matthias Bernt)

Liens vers l’article

This article attempts to understand the varieties of “rightsizing” strategies in French shrinking cities. Empirically, the article examines the issue of “rightsizing” in France. It reveals that urban shrinkage is still considered as a minor issue nationally, and that “rightsizing” ideas have not gained momentum on urban agendas or within the planning community. Despite this lack of interest, local strategies aimed at adapting the built environment to a reduced population have been “silently” implemented in France’s shrinking cities, over the last 15 years. The article focuses on the strategies elaborated in two cities: Saint-Etienne and Vitry-le-François. These strategies are both emblematic of an acceptation of population decline and of a will to reduce the housing stock. However, these two strategies rely on different actors and rationalities: the first is based on a selective understanding of “rightsizing” which aims at replacing deprived social groups by a long-awaited middle-class; the second is fueled by the worsening financial situation of the main social housing landlords. By pinpointing the factors that explain varieties of “rightsizing” strategies, the article calls for a more careful use of the notion of austerity urbanism, based on case studies which are sensitive to contextual issues.

Dossier Métropolitiques « Villes en décroissance »

Brexit au Royaume-Uni, élection de Donald Trump aux États-Unis, montée de l’extrême droite en France, aux Pays-Bas ou encore en Allemagne : ces événements récents présentent pour point commun d’avoir été largement présentés comme les conséquences politiques du décrochage des territoires urbains les plus anciennement industrialisés et de ceux, plus ruraux, qui seraient restés à l’écart des flux de l’économie globale. La question d’un développement territorial à plusieurs vitesses avec, d’un côté, des dynamiques métropolitaines concentrant les espoirs de prospérité nationale et, de l’autre, une tendance à la marginalisation, à la « périphérisation » voire à l’irrémédiable déclin, s’impose ainsi actuellement dans le débat public international.

Lien vers le dossier et son sommaire.

De quoi le « smart shrinkage » est-il le nom?

couverture de GES_182

Confrontées à des processus de déclin avancé, certaines villes américaines ont récemment mis en place de nouvelles stratégies urbaines qualifiées de « smart shrinkage ». Ces stratégies se caractérisent par un souci de redimensionner la ville et par une critique du dogme de la croissance qui alimente généralement les politiques urbaines. Parfois considérées comme des alternatives progressistes aux politiques entrepreneuriales qui dominent dans les villes occidentales, ces stratégies ont également fait l’objet de nombreuses critiques qui pointent leurs limites et leurs ambiguïtés. À travers une revue de la littérature, cet article cherche à faire le point sur ces nouvelles stratégies urbaines. Il montre le caractère stérile de l’opposition entre les travaux « opérationnels » et les analyses « critiques » des politiques de décroissance planifiée. Sans nier la dimension innovante de ces politiques et leur potentiel à mettre en cause le dogme de la croissance, l’article pointe la grande diversité de ces politiques et la nécessité de prendre en compte les contextes locaux et des choix politiques dans leur analyse.

Lien vers l’article

Hommage à Matthieu Giroud

20151105_122329

In Memoriam – Matthieu Giroud (1977-2015)

Matthieu était un véritable « géographe rock », qui vivait, créait et transmettait sa discipline avec une haute intensité. Passionné par les grandes théories de la géographie critique anglophone qu’il avait grandement contribué à diffuser en France, il n’en restait pas moins convaincu de la nécessité d’une recherche empirique fine, axée sur une démarche méthodologique rigoureuse couplée à un investissement approfondi des terrains. Il était impliqué dans de nombreuses démarches au sein du milieu académique tout en prolongeant son engagement dans d’autres collectifs. Ses doutes et sa modestie le conduisaient à refuser d’apparaître comme un meneur, ce qu’il était pourtant, indéniablement. Il combinait en effet à une œuvre déjà brillante des qualités rares d’écoute, de bienveillance et de rigueur, et abordait ses enseignements comme ses travaux de recherche avec humilité et intégrité. Il était sans aucun doute une étoile montante de la géographie, mais également, plus largement,  de la recherche urbaine, tant sa curiosité intellectuelle, sa capacité à prendre des risques et ses qualités humaines hors du commun frappaient les esprits et lui permettaient de franchir aisément les frontières entre les disciplines et, au-delà, entre le monde académique et la société civile. Même s’il s’en défendait, Matthieu était donc également un précieux trait d’union : au-delà de la seule géographie, il jouait un rôle essentiel dans l’évolution des sciences sociales vers une meilleure prise en compte des injustices socio-spatiales et du rôle des politiques urbaines dans l’aggravation de celles-ci. Il n’en restait pas moins très soucieux de « se rendre utile » en touchant des publics plus larges, ce qui le conduisait à collaborer étroitement avec une maison d’édition indépendante – Les prairies ordinaires – et à accepter les nombreuses invitations d’engager le débat dans les universités et les librairies dans le cadre de ses travaux.  Il était, en un mot, un humaniste.

Plusieurs d’entre nous avaient déjà eu la chance de travailler avec Matthieu dans le cadre de projets en cours ou achevés. C’est donc tout naturellement que nous lui avions demandé  de figurer dans l’équipe Altergrowth. Il n’était pourtant pas spécialiste du thème, mais ses qualités humaines et intellectuelles ainsi que son goût pour l’identification et l’analyse critique des « alternatives » de développement nous avaient spontanément conduits à lui demander de figurer dans cette équipe constituée majoritairement de jeunes chercheurs. Matthieu y occupait déjà un rôle important. Toujours enthousiaste, il savait lors des réunions d’équipe pointer les faiblesses méthodologiques ou pousser pour que soit accordée une place plus importante aux mouvements urbains et aux habitants. Dans le cadre du projet, il s’apprêtait justement à analyser leur rôle dans la définition des politiques de «  décroissance planifiée » et à participer à la réalisation de deux études de cas : l’une dans une ville nord-américaine et l’autre à Grande-Synthe, dans la banlieue de Dunkerque. Une dizaine de jours avant son décès, il avait ainsi participé à la restitution de l’enquête exploratoire et animé une session du colloque « Quand la ville décroît : stratégies et politiques urbaines de gestion du déclin » portant sur les analyses critiques des politiques de « smart shrinkage » aux Etats-Unis.

S’engager dans un projet avec Matthieu constituait à la fois un gage de résultats scientifiques à terme et une source infinie de joie au quotidien. C’était une chance extraordinaire, et son décès prématuré au Bataclan lors de cette funeste soirée du 13 novembre laisse par conséquent un vide immense.

Nous nous associons pleinement à la douleur de sa famille ainsi que de ses nombreux collègues et amis.

Mémoires en ligne

Deux mémoires de Master réalisés dans le cadre du projet Altergrowth sont désormais en ligne:

Altergrowth

L’objet de ce carnet de recherche est d’explorer les enjeux de la décroissance urbaine. Depuis quelques années, cette question de la décroissance des villes connait un net regain d’intérêt dans les travaux de recherche en sciences sociales. Au départ limitée aux anciennes villes industrielles, la décroissance urbaine – comprise ici de manière lâche comme la baisse de la population d’une ville – s’est généralisée sous l’effet du développement inégal, de l’étalement urbain et plus récemment de la crise économique. Elle constitue aujourd’hui, à coté de la croissance galopante des mégalopoles, l’une des facettes des processus d’urbanisation. Ce carnet de recherche aura principalement pour objectif de rendre compte du projet ANR Altergrowth (2015-2018) qui s’intéresse à la question de la décroissance urbaine dans une perspective comparée (France, Allemagne, Etats-Unis). Ce projet cherche à analyser les phénomènes de décroissance urbaine au travers d’une double approche : une approche quantitative permettant de mesurer et de décomposer ce phénomène ; une approche qualitative visant à comprendre comment l’enjeu de la décroissance, suivant les contextes, est construite socialement et politiquement et quelles sont les réponses qui y sont apportées aux échelles nationales et locales. Plus généralement, l’objectif de ce projet et du carnet de recherche hypothèse est de questionner les conditions d’émergence de politiques urbaines alternatives dans un contexte de crise.