Sociologie de Saint-Etienne

Tour à tour présentée comme une ville industrielle, une ville ouvrière, une « ville de foot » et, aujourd’hui, une ville « rouillée » aux difficultés persistantes, Saint-Étienne apparaît comme l’une des grandes perdantes des transformations du capitalisme contemporain. Les processus de déclin ont engendré un ensemble de problèmes : concentration de la pauvreté, ségrégation ethnique, vacance commerciale, atonie du marché immobilier, présence de friches. Ils ont toutefois fait naître une société plus contrastée que ne le suggèrent les discours misérabilistes sur la ville. Une société qui offre aussi des « ressources » dont certains habitants et collectifs se saisissent pour renouveler les pratiques sociales.
À l’heure où fleurissent des analyses caricaturales des « fractures » territoriales françaises, cet ouvrage aborde une réalité souvent occultée : celle des villes dont la situation s’éloigne des récits vertueux sur la métropolisation. Il rend compte des transformations de Saint-Étienne et permet de mieux saisir les dynamiques contemporaines de différenciations sociales et territoriales.

Lien vers la présentation de l’ouvrage.

Les politiques urbaines dans les villes en décroissance

Introduction : Les villes en décroissance à la croisée des chemins

Vincent Béal, Paul Cary, Sylvie Fol et Max Rousseau

Le quartier de Plagwitz à Leipzig : vingt ans de revalorisation entre gestion de la décroissance urbaine et politiques entrepreneuriales d’attractivité

Antonin Girardin

L’écologie industrielle et territoriale : une politique alternative pour la gestion de la décroissance urbaine ? Le cas de Dunkerque

Christophe Beaurain et Chedrak De Rocher Chembessi

Enjeux et écueils de l’action publique dans les villes moyennes en déclin : une comparaison entre Bourges, Moulins et Nevers

Aurélien Delpirou

Le pavillon et le bulldozer. Les suburbs en crise face à la vacance résidentielle aux États-Unis

Florence Nussbaum

Comprendre les processus de déclin urbain à Flint (Michigan) : une approche inductive de l’« urbanisme subalterne » ?

Seth Schindler

Redefining the city and demolishing the rest

This paper examines the techno-environmental urban policy that emerged in Cleveland, Ohio following the financial crisis, consisting primarily of mass demolition and greening programs, we argue this techno-green fix is an urban redevelopment strategy in shrinking cities that reshapes these places into manageable islands of urban development. Demolition and green reuse accelerated displacement without gentrification in long established low-income communities of color while reinforcing the racial hierarchies in US property markets. We demonstrate how the unevenness of the demolition program mirrors earlier racialized practices while adopting the rhetoric and strategy of “smart shrinkage.” We show that behind its neutral and scientific ambition, this strategy targets the most disadvantaged areas of the inner city. The market rational of these programs reproduces old patterns of racial segregation in the city. Finally, we show that the “green” dimension of this strategy is highly ambivalent. If “greening” is publicly presented as a means to benefit marginalized areas and residents, it is also used as a way to transfer the maintenance of urban services to poor residents on the city’s east side, to erase urban spaces, and to foster market dynamics.

Akers. J., Béal V., Rousseau M. (2019), “Redefining the city and demolishing the rest: The techno-green fix in postcrash Cleveland (Ohio)“, Environment and Planning E, In Press.

 

La ville en décroissance, laboratoire du droit à la ville ?

Dans les villes en décroissance, des collectifs expérimentent de nouvelles modalités de production de l’espace, dont l’approche radicale d’Henri Lefebvre permet d’éclairer certains enjeux. L’analyse d’une redynamisation de rez-de-chaussée vacants à Saint-Étienne met en évidence les logiques qui sous-tendent ces mobilisations et les tensions qui les traversent.

Lien vers l’article

Villes en décroissance : comprendre les symptômes, anticiper les risques

Frappées par la désindustrialisation, l’isolement ou le vieillissement de la population, les villes en décroissance démographique sont diverses et nombreuses dans le paysage mondial des villes fragilisées. En France, elles souffrent souvent d’un manque d’anticipation des pouvoirs publics et d’erreurs d’aiguillage de leurs politiques d’habitat, voir d’abandon.

Lien vers l’interview de Sylvie Fol pour la revue Sur-Mesure

La difficile reconnaissance du phénomène des villes en décroissance

Le 19 janvier, les chercheurs du programme “Altergrowth” relatif aux villes en décroissance ont présenté les résultats de leurs recherches menées depuis 2015 lors d’un colloque organisé par le PUCA au ministère de la Cohésion des territoires. Si la mise à l’agenda politique de cette problématique semble avérée, les réponses apportées balbutient encore.

Lien vers l’article

Séminaire Praticiens/Chercheurs: “Politiques alternatives de développement dans les villes en décroissance”

Séminaire praticiens/chercheurs “Politiques alternatives de développement dans les villes en décroissance”

Vendredi 19 janvier 2018, Ministère de la Transition écologique et solidaire – Ministère de la Cohésion des territoires, La Défense, Grande Arche
Le PUCA est partenaire de ce séminaire.

Au départ circonscrite aux anciennes villes industrielles, la décroissance urbaine – comprise comme un processus conjoint de déclin démographique et d’affaiblissement économique – s’est accentuée ces dernières années sous l’effet de la crise économique qui a renforcé les dynamiques de métropolisation et le mouvement de retrait territorial des États. Elle constitue aujourd’hui un phénomène global et l’une des facettes majeures de la réalité urbaine contemporaine.

Le projet Altergrowth financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR) pour la période 2015-2018 a eu pour objectif d’aborder cette question de la décroissance urbaine dans une perspective comparée (France, Allemagne, États-Unis). Le projet a cherché à analyser le phénomène de la décroissance urbaine et, plus généralement, à questionner le contenu et les conditions d’émergence de stratégies urbaines innovantes et « alternatives » dans des contextes de crise, notamment en essayant de comprendre le paradoxe qui fait que les villes décroissantes tendent à adopter des stratégies de stimulation ou de retour à la croissance, malgré les risques qu’elles font peser pour le fonctionnement des territoires ou les finances locales.

Le présent séminaire a pour objectif de présenter les premiers résultats de ce programme de recherche. Une session ouverte se déroule le matin où seront discutés les résultats de l’approche quantitative du processus de décroissance urbaine en France et dans les cas d’études retenus ainsi que le processus, en cours, de mise à l’agenda de la décroissance urbaine au niveau national. L’après-midi se déroulera au sein d’ateliers d’échanges entre praticiens et chercheurs autour de trois thèmes : l’habitat, le développement économique et les mobilisations habitantes.

Le séminaire est organisé par l’équipe du projet ANR Altergrowth.
Pour plus d’informations : https://alterpo.hypotheses.org/

Il s’adresse aux acteurs et praticiens des politiques urbaines qui sont confrontés à des situations de décroissance. La session plénière de la matinée est largement ouverte, tandis que la participation aux ateliers de l’après-midi se fait sur invitation.

Responsables :
Marie MONDAIN m.mondain[a]foph.fr
Yoan MIOT miot.yoan[a]gmail.com

La participation est gratuite mais l’inscription en ligne est obligatoire via le formulaire :
http://enqueteur.dgaln.developpement-durable.gouv.fr/index.php?sid=44378&lang=fr

Consulter le Programme du séminaire (format pdf – 581.1 ko – 23/11/2017)

Appel à communication – Colloque international

Les villes en décroissance : catégorie émergente de l’action publique urbaine ?

17-18 mai 2018

Université de Strasbourg

La décroissance urbaine est de plus en plus débattue dans les sphères médiatique, politique et académique. Aux tendances structurelles favorisant les inégalités territoriales se sont en effet récemment ajoutés les effets de la crise financière et les restructurations de l’intervention des Etats qui ont accentué la différenciation des trajectoires territoriales. Cet approfondissement des inégalités territoriales a produit des phénomènes de marginalisation, que certain.e.s observateurs.trices n’hésitent pas à présenter comme l’une des causes principales de la montée des populismes dans les pays occidentaux. Aux Etats-Unis et en Allemagne, en Europe centrale et méridionale, et même dans des régions à forte croissance urbaine (Amérique Latine, Afrique, Asie), de nombreuses villes connaissent des processus de décrochage économique et démographique. La France, qui avait longtemps été préservée par des taux de fécondité élevés et par un maintien des mécanismes de redistribution territoriale, semble aujourd’hui marquée par une évolution similaire, avec l’accentuation des phénomènes de déclin démographique anciens et l’apparition de nouvelles situations de décroissance (notamment dans les villes petites et moyennes). Dans ce contexte, ce colloque cherche à appréhender quatre dimensions de la décroissance urbaine.

Axe 1 : Les mesures de la décroissance urbaine

La question de la mesure de la décroissance urbaine impose celle de sa définition, qui ne connaît pas de réponse consensuelle. Toujours identifiée comme un processus complexe et multidimensionnel, la décroissance urbaine se voit pourtant souvent réduite à une perte nette de population entre deux dates données. Facile à mettre en œuvre, cette simplification ne répond toutefois ni aux questions d’échelles, ni à celles des temporalités. Elle s’avère néanmoins pratique puisqu’elle permet d’analyser les formes de la décroissance et d’en délier les composantes. Aussi, il s’agira autant de mettre en lumière les approches alternatives qui permettent de saisir la variété des types de décroissance urbaine que de comprendre, plus classiquement, les facteurs et processus qui y concourent. A quelles échelles spatiales et temporelles la décroissance urbaine doit-elle être appréhendée ? En quoi déclin économique et démographique s’imbriquent-ils ? Socialement sélective, la décroissance urbaine l’est-elle aussi spatialement ? Existe-t-il des synergies spatiales de décroissance ?

Axe 2 : La décroissance urbaine comme problème public

La construction de la décroissance urbaine en tant que problème public aux échelles locale, nationale, voire supranationale, ne va pas de soi. Longtemps marginalisé sur les agendas politiques, cet enjeu était traité au travers de politiques publiques construites à d’autres fins ou de politiques urbaines « silencieuses ». Dans plusieurs pays, la décroissance urbaine semble aujourd’hui émerger sur les agendas politiques au point d’apparaître comme un problème public susceptible de faire l’objet de politiques spécifiques. Dans ce contexte, il convient de s’interroger sur la manière dont ce problème a été construit et sur les modalités de sa mise à l’agenda dans différents contextes nationaux. Quels sont les acteurs, les groupes ou les institutions impliqués dans ces processus ? Quels cadrages et définitions du problème ont été valorisés et, à l’inverse, quels autres ont été évacués ? Quels facteurs ont favorisé ou entravé cette émergence?

Axe 3 : Les politiques urbaines de gestion de la décroissance

Si un accord se construit aujourd’hui autour de la reconnaissance de l’inadaptation des stratégies entrepreneuriales « mainstream » dans les territoires en décroissance, l’invention de nouveaux outils ou dispositifs pose encore problème. Les politiques urbaines mises en place dans les villes en décroissance restent fortement contraintes par les instruments existants, les intérêts favorisant le statu quo, ou encore par le contexte de rigueur et d’austérité. Dès lors, il s’agit ici de comprendre ce que les situations de décroissance font aux politiques urbaines. Comment des dispositifs anciens sont-ils réactivés pour répondre aux enjeux de la décroissance ? Inversement, la décroissance peut-elle être un contexte propice à l’invention de nouvelles politiques envisageant le développement territorial sous un angle renouvelé (agriculture urbaine, économie sociale et solidaire, etc.) ?

Axe 4 : Habiter les villes décroissantes

Alors que la recherche urbaine commence à accumuler de nombreuses connaissances sur les processus de décroissance et les politiques publiques menées dans les territoires concernés, encore peu de travaux se penchent sur les dynamiques internes aux villes décroissantes. Nous entendons par là les pratiques habitantes, les mobilisations collectives, les mutations commerciales, les nouvelles pratiques économiques, etc. Les contextes de décroissance produisent-il des évolutions sociales et économiques spécifiques ? Qu’est-ce que signifie être un.e habitant.e, un.e activiste, un.e commerçant.e ou un.e entrepreneur.e, dans une ville décroissante ? Dans quelle mesure ces situations de décroissance exercent-elles une influence sur la manière dont les individus construisent leur rapport au politique ?

Afin de diversifier les perspectives, une attention particulière sera portée aux propositions de communication traitant des villes des Suds.

Format et calendrier 

Les propositions de communication (environ 3000 signes) devront être envoyées le 12 janvier 2018 au plus tard. Elles devront indiquer clairement le questionnement, la problématique, l’approche théorique et les terrains ou les données mobilisées. Une réponse sera donnée fin février au plus tard. Les auteur-re-s sélectionné-e-s devront faire parvenir le texte de leur communication début mai. Les propositions sont à envoyer aux adresses suivantes :

vbeal[a]unistra.fr; cauchiduval[a]unistra.fr; max.rousseau[a]cirad.fr

Comité scientifique 

Vincent Béal (SAGE, Université de Strasbourg), Matthias Bernt (IRS, Leibniz) Nicolas Cauchi-Duval (SAGE, Université de Strasbourg), Anaïs Collet (SAGE, Université de Strasbourg), Rémi Dormois (EVS, Université de Saint-Etienne), Sylvie Fol (Géographie-Cités, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Nina Gribat (TU Darmstadt), Yoan Miot (IFU – LATTS, Université Paris Est Marne-la-Vallée), Marie Mondain (Géographie-Cités, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Christelle Morel Journel (EVS, Université de Saint-Etienne), Max Rousseau (Art-Dev, CIRAD), Mathilde Rudolf (SAGE, Université de Strasbourg), Valérie Sala Pala (Triangle, Université de Saint-Etienne).

Comité d’organisation 

Vincent Béal, Nicolas Cauchi-Duval, Louise Clochey, Max Rousseau, Mathilde Rudolf.

Mémoire sur les politiques alternatives à Grande-Synthe

Un nouveau mémoire de master réalisé dans le cadre du projet Altergrowth est en ligne:

Clochey L. (2017), “Politiques alternatives top down en territoire industriel: quelle portée pour les jardins populaires? Cas de Grande-Synthe (59)”, Master 2 Étude du développement, Département de Géographie et d’Aménagement, Université Paul Valéry – Montpellier 3.

Mémoire “Décroissance urbaine et dynamiques socio-spatiales à Dunkerque”

Un nouveau mémoire de master réalisé dans le cadre du projet Altergrowth est en ligne:

Chouraqui J. (2017), “Décroissance urbaine et dynamiques socio-spatiales: quelles relations? Exemple du cas dunkerquois”, Mémoire de Master 2 Dynamiques, développement et aménagement du territoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 161p.