Colloque « (Dé)construire la ville »

(Dé)construire la ville: la décroissance urbaine comme opportunité. Comment? Pour quoi? Pour qui?

Colloque organisé conjointement par le programme de recherche Altergrowth, l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Saint-Etienne, les laboratoires EVS (UMR 5600), Triangle (UMR CNRS 5206) et l’Université Jean Monnet Saint-Etienne.

Les villes en décroissance sont devenues un objet d’études et de recherches central dans la dernière décennie. Sur la base de phénomènes, plus ou moins combinés, de décroissance démographique et de déclin économique, les appellations varient : de la traduction de l’anglais shrinking cities en « villes rétrécissantes », à « villes en déclin » ou « villes en décroissance » (Métropolitiques, 2017). Ces appellations qui combinent les idées de rétrécissement, de dévalorisation et aussi de perte de vitalité sont apparues à la fin des années 1970 pour désigner les processus à l’œuvre dans les villes de l’ancienne manufacturing belt étatsunienne, devenue rust belt dans les années 1980. Le cas des villes est‐allemandes dont les trajectoires ont été profondément affectées par les dynamiques géopolitiques de la réunification est venu s’ajouter, dans les années 1990, aux cas « saisissants » de déclin urbain liés à la désindustrialisation et à la périurbanisation dans les villes nord-américaines. Depuis, ces dynamiques se sont étendues à des villes de tailles diverses et de spécialisation économique autre qu’industrielle à tel point que le phénomène de déclin urbain est qualifié de structurel par certains auteurs (Bernt et al., 2013), une fois replacé dans les puissantes logiques du processus de métropolisation. La décroissance démographique concerne actuellement plus d’un tiers des aires urbaines en France métropolitaine. Selon le zonage 2010 de l’INSEE, ce sont en effet 283 des 771 aires urbaines de France métropolitaine qui affichaient en 2011 une population résidente plus faible qu’en 1990 (Cauchi-Duval, Cornuau, Rudolph, 2017).

Face à ce phénomène – certes ancien mais, jusqu’aux années 2000, plutôt circonscrit aux régions industrielles malmenées par les recompositions du système capitaliste désormais mondialisé et « urbanisé » –, les acteurs oscillent entre déni et mise à l’agenda, entre euphémisation et affrontement, entre inaction(s) et action(s). Globalement, lorsqu’elles existent, les stratégies de « réponse » au déclin urbain, élaborées au niveau national et/ou local, peinent à se départir du dogme toujours dominant de la croissance (Schatz, 2010) et partant des politiques d’attractivité (Miot, 2012). Les stratégies de décroissance planifiée mises en œuvre aux Etats-Unis, qui ont pu être analysées, un temps, comme des politiques alternatives, sont aujourd’hui lourdement questionnées quant à leur caractère réellement innovant et/ou progressiste (Béal et al., 2016). Certains auteurs les inscrivent même dans une forme de continuité par rapport aux politiques de rénovation urbaine des années 1960 y compris au travers de leurs logiques ségrégatives les plus controversées à l’image du redlining (Aalbers, 2014). Ces stratégies tendent en effet souvent à se limiter à des opérations – jamais neutres – de rightsizing, c’est-à-dire d’ajustement des formes et services urbains aux réalités socio-démographiques, dans lesquelles la démolition de logements est vue comme l’unique levier à la fois pour relancer des marchés immobiliers défaillants et pour réaffirmer la légitimité de la puissance publique (Highsmith, 2015 ; Hackworth, 2006). La volonté de recomposer et requalifier la ville existante n’est pas absente des politiques de rightsizing comme en témoignent, par exemple, le projet de Detroit de faire du paysage une nouvelle infrastructure urbaine (Sadoux, Meehan, 2014) ou les projets menés par les villes allemandes dans le cadre du programme de rénovation urbaine Stadtumbau Ost, développé à partir de 2002, qui apporte des aides aux communes pour la démolition des logements sans reconstruction systématique et, plus secondairement, pour la mise en oeuvre de mesures de revalorisation (Bernt, 2009 ; Fol, Cunnigham-Sabot, 2010 ; Roth, 2011). En Europe, plus sans doute qu’ailleurs dans le monde, la requalification de la ville en décroissance se heurte parfois et paradoxalement à des politiques de patrimonialisation prises entre volonté – toujours sélective (Veschambre, 2002) – de conserver un « bien commun » urbain – et ce faisant de produire « rassemblement et réconciliation » (Garnier, Castrillo Romón, 2013) – et de renouveler la valeur des biens et la rente urbaine (Alvarez Mora, 2013).

L’objectif de ce colloque sera d’étudier les enjeux liés à la déconstruction en abordant deux grandes séries de questionnement.

  • 1. La déconstruction comme opportunité

La décroissance urbaine peut-elle constituer une opportunité pour des acteurs à même de la concevoir comme telle et non pas seulement comme une perte, plus ou moins irrémédiable, de vitalité et d’atouts ? Peut-on penser que la décroissance permette de reconfigurer des villes souvent bâties à la hâte – les dites « villes-champignons » que l’on pourrait aisément requalifier en « villes de rapport » par analogie avec l’expression « immeuble de rapport » (Bonneval, Robert, 2013) ? A quelles conditions ? Quels sont les obstacles conceptuels, sociaux, économiques, politiques pour penser la déconstruction comme une opportunité pour la ville et ses habitant-e-s ? Les politiques de patrimonialisation constituent-elles des obstacles spécifiques dans ce cadre ? 
Peut-on requalifier la ville, tant globalement qu’à l’échelle des îlots ou des quartiers, en la dé-construisant ? Les démolitions peuvent‐elles permettre de dé‐construire la ville en même temps que la re-construire autrement et mieux, en prenant en compte les besoins et les aspirations des habitant-e-s ? A l’inverse, la déconstruction – en posant la question de savoir ce qui doit être préservé ou non – ne contribue-t-elle pas à pas à renforcer les mécanismes de catégorisation et de hiérarchisation des types d’habitat, des quartiers, voire de leurs habitant-e-s ?

  • 2. Les pratiques et politiques de déconstruction

Quelles sont les pratiques et politiques mises en place pour déconstruire les villes ? Comment nommer les actions pensées et mises en œuvre pour accompagner la décroissance dans un contexte où la durabilité rend suspecte la « dé-densification » ? Plus spécifiquement, il s’agira également de comprendre à quelles conditions la dé-construction peut « faire » un autre projet urbain. Les acteurs urbains peuvent-ils trouver là matière à nourrir un projet de développement plus progressiste, notamment dans des configurations urbaines « moyennes » par leur taille et par les conditions socio-économiques de leurs habitant-e-s qui, pour éloignées qu’elles soient de la figure métropolitaine dominante, n’en représentent pas moins le cadre de vie de millions de personnes ? De manière plus pragmatique, quels sont – ou plutôt seraient – les outils techniques et financiers de la déconstruction, au sens où nous l’entendons comme opportunité de « (re)construire » la ville ? Quels acteurs et groupes d’acteurs sont susceptibles de se mobiliser pour porter ce type d’agenda ? Quelles sont les diverses expériences à l’œuvre aujourd’hui et comment sont-elles influencées par leur contexte ?

Lien vers le programme

La non-circulation des pratiques de décroissance planifiée

Une communication lors du Congrès de l’AFSP sur la difficile circulation des « bonnes pratiques » dans les villes françaises en déclin.

Dormois R., Fol S., Mondain M. (2017), « L’impossible circulation de « bonnes pratiques » entre les villes en déclin », Congrès de l’AFSP, Session: « Les circulations comme révélateur des transformations de l’action publique urbaine ».

Varieties of right-sizing strategies

Un article sur les coalitions de décroissance dans les villes en déclin françaises, pré-publié dans la revue Urban Geography (Special Issue: The Political Economy of Right-Sizing / Editors: Manuel Aalbers et Matthias Bernt)

Liens vers l’article

This article attempts to understand the varieties of “rightsizing” strategies in French shrinking cities. Empirically, the article examines the issue of “rightsizing” in France. It reveals that urban shrinkage is still considered as a minor issue nationally, and that “rightsizing” ideas have not gained momentum on urban agendas or within the planning community. Despite this lack of interest, local strategies aimed at adapting the built environment to a reduced population have been “silently” implemented in France’s shrinking cities, over the last 15 years. The article focuses on the strategies elaborated in two cities: Saint-Etienne and Vitry-le-François. These strategies are both emblematic of an acceptation of population decline and of a will to reduce the housing stock. However, these two strategies rely on different actors and rationalities: the first is based on a selective understanding of “rightsizing” which aims at replacing deprived social groups by a long-awaited middle-class; the second is fueled by the worsening financial situation of the main social housing landlords. By pinpointing the factors that explain varieties of “rightsizing” strategies, the article calls for a more careful use of the notion of austerity urbanism, based on case studies which are sensitive to contextual issues.

Dossier Métropolitiques « Villes en décroissance »

Brexit au Royaume-Uni, élection de Donald Trump aux États-Unis, montée de l’extrême droite en France, aux Pays-Bas ou encore en Allemagne : ces événements récents présentent pour point commun d’avoir été largement présentés comme les conséquences politiques du décrochage des territoires urbains les plus anciennement industrialisés et de ceux, plus ruraux, qui seraient restés à l’écart des flux de l’économie globale. La question d’un développement territorial à plusieurs vitesses avec, d’un côté, des dynamiques métropolitaines concentrant les espoirs de prospérité nationale et, de l’autre, une tendance à la marginalisation, à la « périphérisation » voire à l’irrémédiable déclin, s’impose ainsi actuellement dans le débat public international.

Lien vers le dossier et son sommaire.

De quoi le « smart shrinkage » est-il le nom?

couverture de GES_182

Confrontées à des processus de déclin avancé, certaines villes américaines ont récemment mis en place de nouvelles stratégies urbaines qualifiées de « smart shrinkage ». Ces stratégies se caractérisent par un souci de redimensionner la ville et par une critique du dogme de la croissance qui alimente généralement les politiques urbaines. Parfois considérées comme des alternatives progressistes aux politiques entrepreneuriales qui dominent dans les villes occidentales, ces stratégies ont également fait l’objet de nombreuses critiques qui pointent leurs limites et leurs ambiguïtés. À travers une revue de la littérature, cet article cherche à faire le point sur ces nouvelles stratégies urbaines. Il montre le caractère stérile de l’opposition entre les travaux « opérationnels » et les analyses « critiques » des politiques de décroissance planifiée. Sans nier la dimension innovante de ces politiques et leur potentiel à mettre en cause le dogme de la croissance, l’article pointe la grande diversité de ces politiques et la nécessité de prendre en compte les contextes locaux et des choix politiques dans leur analyse.

Lien vers l’article

Hommage à Matthieu Giroud

20151105_122329

In Memoriam – Matthieu Giroud (1977-2015)

Matthieu était un véritable « géographe rock », qui vivait, créait et transmettait sa discipline avec une haute intensité. Passionné par les grandes théories de la géographie critique anglophone qu’il avait grandement contribué à diffuser en France, il n’en restait pas moins convaincu de la nécessité d’une recherche empirique fine, axée sur une démarche méthodologique rigoureuse couplée à un investissement approfondi des terrains. Il était impliqué dans de nombreuses démarches au sein du milieu académique tout en prolongeant son engagement dans d’autres collectifs. Ses doutes et sa modestie le conduisaient à refuser d’apparaître comme un meneur, ce qu’il était pourtant, indéniablement. Il combinait en effet à une œuvre déjà brillante des qualités rares d’écoute, de bienveillance et de rigueur, et abordait ses enseignements comme ses travaux de recherche avec humilité et intégrité. Il était sans aucun doute une étoile montante de la géographie, mais également, plus largement,  de la recherche urbaine, tant sa curiosité intellectuelle, sa capacité à prendre des risques et ses qualités humaines hors du commun frappaient les esprits et lui permettaient de franchir aisément les frontières entre les disciplines et, au-delà, entre le monde académique et la société civile. Même s’il s’en défendait, Matthieu était donc également un précieux trait d’union : au-delà de la seule géographie, il jouait un rôle essentiel dans l’évolution des sciences sociales vers une meilleure prise en compte des injustices socio-spatiales et du rôle des politiques urbaines dans l’aggravation de celles-ci. Il n’en restait pas moins très soucieux de « se rendre utile » en touchant des publics plus larges, ce qui le conduisait à collaborer étroitement avec une maison d’édition indépendante – Les prairies ordinaires – et à accepter les nombreuses invitations d’engager le débat dans les universités et les librairies dans le cadre de ses travaux.  Il était, en un mot, un humaniste.

Plusieurs d’entre nous avaient déjà eu la chance de travailler avec Matthieu dans le cadre de projets en cours ou achevés. C’est donc tout naturellement que nous lui avions demandé  de figurer dans l’équipe Altergrowth. Il n’était pourtant pas spécialiste du thème, mais ses qualités humaines et intellectuelles ainsi que son goût pour l’identification et l’analyse critique des « alternatives » de développement nous avaient spontanément conduits à lui demander de figurer dans cette équipe constituée majoritairement de jeunes chercheurs. Matthieu y occupait déjà un rôle important. Toujours enthousiaste, il savait lors des réunions d’équipe pointer les faiblesses méthodologiques ou pousser pour que soit accordée une place plus importante aux mouvements urbains et aux habitants. Dans le cadre du projet, il s’apprêtait justement à analyser leur rôle dans la définition des politiques de «  décroissance planifiée » et à participer à la réalisation de deux études de cas : l’une dans une ville nord-américaine et l’autre à Grande-Synthe, dans la banlieue de Dunkerque. Une dizaine de jours avant son décès, il avait ainsi participé à la restitution de l’enquête exploratoire et animé une session du colloque « Quand la ville décroît : stratégies et politiques urbaines de gestion du déclin » portant sur les analyses critiques des politiques de « smart shrinkage » aux Etats-Unis.

S’engager dans un projet avec Matthieu constituait à la fois un gage de résultats scientifiques à terme et une source infinie de joie au quotidien. C’était une chance extraordinaire, et son décès prématuré au Bataclan lors de cette funeste soirée du 13 novembre laisse par conséquent un vide immense.

Nous nous associons pleinement à la douleur de sa famille ainsi que de ses nombreux collègues et amis.

Mémoires en ligne

Deux mémoires de Master réalisés dans le cadre du projet Altergrowth sont désormais en ligne: